Par Contribuables Associés
Extrait : 

La France compte quelque 8000 éoliennes sur son territoire. L’État prévoit 6500 monstres d’acier supplémentaires à l’horizon 2028. Un business ultra-juteux au profit de quelques-uns sur le dos des contribuables. 

L’adoption, le 21 avril 2020, du projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) pour 2019-2028 a tout d’une décision prise en catimini.

Le choix, en pleine crise du Covid, de faire passer par décret un projet qui prévoit d’accélérer le développement de l’éolien pour produire de l’électricité subventionnée tient plus de l’idéologie que d’une forme saine d’écologie.

Car sous prétexte de sauver la planète, le vent de folie des éoliennes s’est abattu sur les campagnes françaises.

La prolifération des éoliennes est devenue une priorité nationale…

Ces monstres d’acier sont devenus un véritable business.

En 2018, la Cour des comptes a estimé l’engagement public pour les énergies renouvelables à 121 milliards d’euros, dont 40,7 milliards d’euros en 20 ans pour l’éolien.

Et ce n’est qu’un début.

Patrice Cahart, auteur de « La Peste éolienne », a fait ses calculs : il en coûtera 145 milliards d’euros, « si l’on “remplace” d’ici à 2035, comme le voudrait la PPE, douze réacteurs nucléaires par de l’éolien et du photovoltaïque ».

Voir notre émission avec Patrice Cahart

L’État finance à prix d’or le rachat de l’électricité éolienne à leurs exploitants pour leur permettre de générer artificiellement d’importants profits.

Quand le prix de marché est de 51 euros par mégawattheure, le prix d’achat moyen garanti pour l’électricité produite par les futures éoliennes en mer est de 140 euros par mégawattheure.

Par ici, l’oseille !

La suite ici : https://www.touscontribuables.org/les-combats-de-contribuables-associes/ecologie/eoliennes/eoliennes-et-argent-public-autant-en-rapporte-le-vent

N'hésitez pas à partager nos contenus!

Vues : 2